• Je suis une grande FAN

     

    IVAN HOO : DES DESSINS QUI INTERROGENT LA RÉALITÉ

     

    Je suis une grande FAN

    Autant le dire immédiatement, l’artiste que nous vous présentons aujourd’hui est doté d’un talent aussi rare qu’incroyable. Ivan Hoo, dessinateur ultra-doué, originaire de Singapore, a en effet pris l’habitude d’utiliser des planches de bois comme feuilles à dessin. Le résultat s’avère, comme vous allez le voir, des plus étonnants,

    Je suis une grande FAN

     

    au point de nous faire nous interroger sur Ivan Hoo : serait-il un magicien qui dessine des animaux ou des objets pour les faire ensuite apparaître ?

     

    Je suis une grande FAN

    Ménagerie illusoire

    Tout comme les magiciens, Ivan Hoo est en mesure de faire apparaître de nombreuses bébêtes. Les animaux sont ainsi largement mis à l’honneur par ce dessinateur au talent incomparable, à la manière de ce petit chat tout mignon qui semble quelque peu apeuré.

    Je suis une grande FAN

    Ses créations donnent l’impression d’être animées par de véritables émotions. Et comment ne pas parler de ce bouledogue qui sort littéralement de la planche de bois sur laquelle il est dessiné ? Tout bonnement incroyable.

     

    Je suis une grande FAN

    Création alléchante

     

     

    Les animaux ne sont pas les seules inspirations d’Ivan Hoo qui promène son talent sur d’autres thèmes, tels que la nourriture, livrant là encore des œuvres somptueuses. On jurerait par exemple que ce pot de Nutella ouvert rageusement existe réellement.

    Je suis une grande FAN

    La pâte à tartiner qui en dégouline est épaisse et palpable à tel point que nous mettrions bien le doigt dedans.

    Je suis une grande FAN

    Des œufs plus vrais que nature sont également au menu.

     

    Je suis une grande FAN

    Et en cas de reste, emballez le tout dans du papier d’alu qu’Ivan Hoo s’amuse à matérialiser avec une facilité déconcertante.
    Vous l’avez compris, le dessinateur illusionniste Ivan Hoo dispose d’un talent incroyable qu’il exprime avec un égal brio, quel que soit le thème abordé. Son coup de poignet donne à voir le réel, aussi insensé que cela puisse paraître. Il convient donc de suivre la progression de cet artiste étonnant avec toute l’attention qu’il mérite.


    32 commentaires

  • 27 commentaires
  • merci de votre attention etc---tendresse de lynea

     

     

     

    Bonne  fin  de semaine

     

    Histoire du papier peint

    Le mot papier peint est apparu vraisemblablement pour la première fois au pluriel, en 1581 dans un édit royal destiné à la corporation des dominotiers (individus concevant, fabriquant et vendant du papier peint. NDA).

    Le premier papier peint

    Le papier peint est, selon toute probabilité, apparut en Chine avant l’an mille. Il était à l’époque confectionné par des artistes qui dessinaient sur de grandes surfaces de papier, de tissus ou de cuir. On s’en servait pour tapisser les murs des riches demeures. Le papier peint apparaît en Angleterre au début du XVIe siècle et prit un essor important après l’excommunication d’Henry VIII.

    Il s’affiche en France

    Il est apparu en France au cours du XVIIIe siècle, bien que,  dès le XVIe siècle on vit des papiers peints importés de Chine. Dominant le marché, la Grande-Bretagne va taxer l’importation des lés en 1712. La demande était alors suffisante pour en industrialiser la production. Ce fut avec du papier peint produit par les ateliers Réveillon que les frères Montgolfier conçurent l’enveloppe de leurs premiers ballons. En France un certain Jean-Baptiste Réveillon devint le grand maître du papier peint en produisant dans ses ateliers à partir de 1753 (date incertaine) des papiers peints parfois en soie brodée de fil d’or extrêmement précieux destinés aux familles les plus nobles de France.

    Bonne  fin  de semaine     

    Bonne  fin  de semaine

    Réveillon 

                      

     Bien que M. Réveillon et ses ateliers dominent le marché, rapidement, il apparaît d’autres concurrents, à Paris seulement, en 1790, on dénombre une quarantaine de fabriques de papier peint. La France devient rapidement la nation exportant le papier peint de meilleure qualité.

     

    Bonne  fin  de semaine       

    Bonne  fin  de semaine

          Dufour                 

    Parmi les grands noms du papier peint français, citons (dans le désordre) : Joseph Dufour & Cie (1797-1830), Zuber & Cie, qui produit encore aujourd’hui, et ce depuis 1797, Auguste-François Jacquemart (1776-1854) et Arthur et Robert (1772- ?). Ils exportent leurs produits dans toute l’Europe et l’Amérique du nord, jusque dans des endroits prestigieux, par exemple, le papier peint qui recouvre les murs du salon de réception des diplomates de la Maison Blanche fut fabriqué par Zuber &Cie.

    Essor du papier peint

    Sous le règne de Napoléon III, la production de papier peint prend un essor gigantesque en élargissant le marché à la petite bourgeoisie et aux classes populaires, des modèles à très bas prix sont mis sur le marché. Vers 1850, de nombreuses innovations technologiques tels que le papier gaufré, à dorure, satiné, et cætera,  permettent de donner un énorme coup de pouce la production, en permettant d’imiter plus ou moins n’importe quelle matière, en 1844.

     

    Papier peint détourné et plébiscité

                                               Bonne  fin  de semaine             

    Bonne  fin  de semaine

              

    Jean-Alexis Rouchon détourne quelque peu le principe de base pour imprimer les premières affiches en couleurs, en 1910, aux

    Bonne  fin  de semaine

    Etats-Unis. Les affiches très grand format (dit billiboard, de 7.50m par 3.30m) seraient apparues à la suite du détournement,   – encore une fois-  de bandes de papier peint. Entre 1870 et 1900, William Morris, en Angleterre invente de nombreux motifs qui connaîtront un succès importent après sa mort en 1896. Le XXe siècle voit l’apogée du papier peint, dont la production ne cesse de croître, il devient, dans les années 80, la décoration murale la plus employée.

    Et chez vous c’est papier peint ou murs blancs?

     

    Bonne  fin  de semaine

    Passez tous et  toutes  un bon weekend de Pâques  

    Bonne  fin  de semaine


    41 commentaires
  • Pas envie de faire des blagues ce 1 avril ,la vie se charge depuis plus d'un an de nous en faire une de taille 

    Mais il n'est pas interdit de sourire ni même de rire 

    Afficher l'image d'origine

    Poche the button 

    En 1981, François Mitterrand, fraîchement Président, oublia les codes nucléaires dans sa veste partie chez le teinturier.

    François Mitterrand envoya alors un motard chercher les codes, et tout fut bien qui finit bien. Mais “Tonton” n’est pas le seul président tête-en-l’air !
    Outre-Atlantique, Jimmy Carter envoya également les codes chez son teinturier. Quant à Bill Clinton, il perdit la trace du biscuit (la carte sur laquelle sont inscrits les codes nucléaires) pendant 6 mois, et récidiva : en partant trop vite d’un sommet de l’OTAN, il laissa son aide de camp rentrer à pied avec la valise noire permettant le déclenchement de la frappe nucléaire.

    Sources :

    LePoint.fr – Passations de pouvoirs

    Image du Blog fr.pickture.com/blogs/marzou2

    Malaisie gaiement

    En Malaisie, la plupart des motards portent leur blouson à l’envers (donc avec l’ouverture dans le dos).

    Détails :

    Cela se fait aussi dans d’autres pays du sud-est asiatique, et ça n’a rien à voir avec une mode !

    Porter son blouson ou sa veste à l’envers présente de multiples avantages :
    1. Le vent ne s’engouffre ni dans la veste, ni dans la capuche.
    2. Le dos est bien ventilé, car en portant la veste à l’endroit, il serait vite trempé de sueur ;
    3. L’avant des vêtements en-dessous (chemise, t-shirt) est bien protégé de la pollution, de la fumée, des éclaboussures, de la pluie, etc. Ils restent présentables quand on remet sa veste à l’endroit.
    4. Et même qu’en remontant la capuche jusque sur le nez, ça fait un très bon masque de protection !

    Sources :


    Voyageforum.com – Malaisie [fr]

    Afficher l'image d'origine

    Histoires vaches 

    Jusqu’à la fin des années 1950, il existait un fromage appelé “Vache sérieuse”.

    Détails :

    “La Vache qui rit” lui a intenté un procès pour contrefaçon et l’a gagné.

    Source :

    Deja-hier.com – Grosjean

     


    28 commentaires