• Après avoir, bien bullé je reviens doucement sur le devant de la scène !!!!!!!!!!!! j'ai contaminé toutes les personnes qui sont venues me voir, !!!!!!!!!!!!!!!!!  ce matin c'est décidé  j'essaye de reprendre  mes habitudes ,  en tout cas j'en ai envie . merci  de vos coms , je vous assure  qu'ils y sont pour beaucoup dans  mon rétablissement  ,  bises   DANY

    UNE PENSEE  A CEUX SOUS LES EAUX  , la maladie n'empêche pas d'être informée j'espère  que la blogosphère n'est pas trop touchée

     

    Maison de la Vache qui Rit

    Arrivée en 1897 à Lons-le-Saunier, la famille Bel a laissé son empreinte sur la ville. C’est ici qu’est née la vache la plus célèbre de France : la Vache qui Rit.

    En 1921, Léon Bel créé une nouvelle usine, rue Richebourg où il met au point la première vache qui rit. 

    C’est en ces lieux que la Maison de la Vache qui Rit ouvre au printemps 2009.Vous pourrez revivre et vivre l’Histoire de cette merveilleuse aventure, la découvrir ou la redécouvrir.

    Sur place, un parcours vous guidera. Vous découvrirez les tous premiers emballages de la vache qui rit, les premières publicités,… Vous trouverez également une exposition qui change selon les périodes, une boutique ainsi qu’un espace de jeux en extérieur pour les enfants.

     

    L’histoire

    Marque historique de Bel, La vache qui rit® voit le jour en 1921 dans l’usine de Léon Bel, en France. Pour les consommateurs, c’est une révolution : le premier fromage fondu en portion, conservable et transportable facilement grâce à son emballage en aluminium unique. Autre caractéristique inédite : le logo en forme de vache hilare de l’illustrateur Benjamin Rabier. Le succès vient très vite et en 1929, la boîte ronde part à la conquête de l’étranger, forte de son goût onctueux et d’une communication avant-gardiste.

    La vache qui rit® aujourd’hui

    Présente dans 120 pays, La vache qui rit® est devenue une véritable icône, en particulier en France, où la  Maison de La vache qui rit®lui est même consacrée. Elle invite à découvrir l’histoire de la célèbre vache et les valeurs de convivialité, d’humour et d’innovation qui la caractérisent. Bien qu’universelle, la marque est à l’écoute des besoins spécifiques de ses consommateurs, avec des recettes enrichies en vitamine D et en calcium dans certains marchés ou allégées en sel et en graisse dans d’autres. La vache qui rit® se déguste aujourd’hui dans une multitude de formats malins, comme par exemple Pik & Croq®, une dose de fromage fondu assortie de gressins à tremper.

    Les chiffres

    Présente dans 120 pays sur 5 continents, elle sait s’adapter aux goûts de ses consommateurs  avec des saveurs comme Crème de fromage rouge au Maroc, Crème cannelle aux USA, Poivrons en République Tchèque...
    N°4 mondial sur le marché des fromages
    N°1 des fans de La vache qui rit® : l’Algérie
    15 usines de production dans le monde
    10 millions de portions consommées chaque jour dans le monde, soit l’équivalent de 121 portions chaque seconde

     

    L’anecdote


    90 ans après sa naissance, on ne sait toujours pas pourquoi La vache qui rit© rit, mais on sait en revanche d’où elle tire son nom. Son créateur Léon Bel se serait inspiré de l'emblème dessinée par Benjamin Rabier qui ornait les camions de ravitaillement de viande des régiments dans lesquels servait Léon Bel pendant la Première guerre mondiale : les Wachkyrie - clin d’œil aux célèbres  Valkyries. 

     

     

    C'est en 1971 que J.Parnel dessine pour Bel ces affiches, qui resteront dans l'histoire de La vache qui rit puisque c'est la première fois que la célèbre vache apparaît en pied.

     

     

     


    Familiers des écoliers des années 50, les buvards et protège-cahiers dessinés par Alain Saint-Ogan sont aujourd'hui très recherchés par les collectionneurs.

     

     

     

    hebergeur d'image

     


    26 commentaires
  •  

    Hé bé , je n'aurai, pas du crier  victoire, lundi  en fin de matinée de nouveau mal en point et docteur ; me voila depuis avec ce charmant appareil  , qui je le reconnais porté  3 fois une heure  me libère  les bronches ,

    Je commence bien l'année !!!!

    je dois faire cela  pendant 15js  ,vous comprendrez  que je ne sois pas  en forme pour  faire un billet chaque jour, le plus clair de mon temps  je suis au canapé  et j'ai mis l'appareil prés de mon ordi   le temps  que je suis harnachée  , je lis vos billets    , je rends l'appareil le 29 janv   ainsi  je n'aurai pas vu le premier mois passer






    L’amitié c’est la banque de toutes les tendresses,
    C’est une arme pour tous les combats,
    Ça réchauffe et ça donne du courage,
    Et ça n’a qu’un slogan : On partage.

    L’amitié est comme une fleur,
    Il faut en prendre soin.
    L’amitié a une clé de chaque place,
    A toi de la trouver,
    Certaines sont cassables……
    Mais une amitié fidèle ne peut pas se briser.

    L’amitié c’est une écoute quand le cœur est en déroute,
    Qui jamais ne se permet de juger, ni de peiner,
    Elle peut tout partager de nos joies, de nos secrets,
    Que ce soit la nuit, le jour elle vole à notre secours,
    Forte comme l’océan,
    L’amitié c’est de l’or que l’on garde comme un trésor.

    merci pour votre visite et vos coms


    38 commentaires
  • Bien chers vous tous

    80xrn1pbcu8b.gif 

    Merci de vos bons vœux, je vais mieux ; oh pas la forme olympique mais quand même, je tousse moins, ma tension est revenue à 12/6 ; depuis hier je mange un peu et surtout je suis restée debout toute la journée donc c'est reparti

    Je vais pouvoir aller vous rendre visite, poc à poc !!!!

    l’histoire

    Au tournant du siècle, de Limoges
    à Weston

    : le voyage initiatique

    L’histoire de J.M. Weston commence à la fin du XIXe siècle au coeur du Limousin, dans une région où tannage et travail du cuir sont une tradition. Édouard Blanchard y installe en 1891 sa manufacture de chaussures pour hommes et femmes. Il est bientôt rejoint par son fils Eugène, dont le regard se porte vers les États-Unis et leur modernité.

     

    L'Unique chausseur à posséder sa propre tannerie végétale de cuir à semelle, la manufacture attend que le temps fasse son devoir á Saint-Léonard-de-Noblat, au coeur de la Tannerie Bastin. C’est ici, à quelques kilomètres de Limoges, que la peau deviendra cuir. À la faveur de techniques ancestrales, la nature, aidée de l’homme, donnera là le meilleur d’elle-même.

    Des semelles de cuir

    Hors du temps. Ainsi pourrait-on dessiner la topographie de la Tannerie Bastin. Fondée en 1806, cette institution du cuir a rejoint le giron de J.M. Weston en 1981, et produit en exclusivité le cuir á semelle des chaussures de la manufacture. La Tannerie Bastin se singularise par ses méthodes ancestrales de tannage végétal, qui confèrent une résistance inégalée au cuir et donnent aux chaussures leur caractère d’exception. La peau suit ici un long parcours, jalonné d’étapes, où la nature, le temps et l’artisan oeuvrent conjointement.
    Eloge de la lenteur et du geste rare, la Tannerie Bastin perpétue un savoir-faire manuel, éloigné de toute considération industrielle.

    Revue de détails

    Au commencement, il y a l’élevage. Absolument attentionné. Pour obtenir des peaux bovines ni trop fines ni trop épaisses, á peine griffées par les branches des buissons ou les barrières de l’enclos. Puis il y a la sélection des peaux. Forcément drastique. Seul le croupon, la partie centrale la plus dure de la peau, est utilisé – car le flanc est trop souple, le collet trop ridé. C’est l’oeil expert de l’acheteur en peaux qui sait lire les qualités et les défauts, c’est lui qui écarte, choisit, décèle le potentiel d’un futur cuir…

    Cette matière de première qualité arrive ensuite á la Tannerie Bastin, où va s’opérer un véritable travail d’alchimiste, transformant la peau, encore fragile, en un cuir solide.

    Il faut plus d’une
    année pour préparer                                                                        
    le cuir á semelle
    des chaussures                                                 
    J.M. Weston.

    Le travail de rivière

    Tout d’abord, il faut faire place nette : lavage et dégraissage des peaux sont indispensables. Celles-ci sont enfermées dans le foulon, sorte de gros tambour en bois dans lequel est introduit un mélange de sulfure de sodium et de chaux éteinte, afin de préparer la matière á recevoir les tannins. A leur sortie du foulon, les peaux gonflées d’eau sont surnommées « wet blue » pour leur faux-air de mollusques á reflets bleutés. Puis, le rouleau de l’écharneuse enlève les surplus graisseux et un second passage au foulon permet de les déchauler.

    La basserie

     

     

    Le tannage peut alors commencer. Les peaux sont tendues sur des cadres et plongées dans des bains successifs, de plus en plus concentrés en tans. Ceux– ci sont constitués de farine de châtaigne d’Italie ou de quebracho d’Amérique latine, les seuls tans autorisés par J.M. Weston pour cette opération délicate.

    Le tannage se poursuit ensuite par la mise en fosse. Les peaux sont empilées les unes sur les autres ? dans des cuves á ciel ouvert. Entre chaque couche, un lit d’écorce de chêne broyé est déposé, á la manière d’un millefeuille. On y ajoute de l’eau avant de laisser les tannins agir, entre huit et dix mois. Le temps prend alors possession de la matière.

    Cette étape dite « de basserie »
    dure quarante jours, pendant          lesquels les tannins vont                                               
    progressivement se fixer sur
    la peau et la rendre imputrescible                                                    

    Le corroyage

    Derniers beaux jours de l’automne, épaisse neige de l’hiver, premiers bourgeons du printemps… Les peaux dorment sous terre jusqu’á leur sortie au grand air. A cet instant précis, elles seront devenues cuir. Magie du tannage. Commencent alors divers traitements qui assureront au cuir sa plus belle allure. Il est essoré, étiré, massé á l’huile de foie de morue pour le nourrir et l’assouplir, puis il est mis á sécher.

    Le battage

    L’instant est venu des dernières finitions. Pour resserrer ses fibres et le rendre plus résistant, le cuir est battu au marteau pilon. En rythme, le coeur de la Tannerie tonne d’un bruit sourd. Puis, le cuir est satiné, grainé et pigmenté.
    Il est passé en revue par des yeux exercés, qui repèrent et écartent le moindre défaut, la plus petite imperfection. Le cuir quitte alors la Tannerie Bastin, prêt pour une nouvelle vie : marcher á vos côtés

                               

    1962

    Les « Minets » de la Bande du Drugstore
    des Champs-Elysées s’emparent du Mocassin emblématique.

    Les jeunes rebelles de la bande du Drugstore des Champs Élysées s’emparent du Mocassin J.M. Weston: ils le portent pieds nus, avec un jean... et manifestent ainsi contre l’ordre établi en détournant les chaussures de leurs pères. Le mythe est en marche. Très vite, les minets adoptent le modèle comme signe de ralliement et le succès du Mocassin fait vite oublier son côté “rebelle”.

    .J.M Weston Manufacture J.M Weston à Limoges - Chausseur depuis 1891. Entreposés dans un désordre ordonné, les embauchoirs sont conservés comme de précieuses reliques. Hauteur de jambe, jarret, mollet, mi mollet, cheville et grande entrée du cavalier ; sept cotes en plus de la pointure afin que la botte soit parfaitement ajustée comme une seconde peau.

    Le chausseur J.M. Weston a lancé cet automne sa ligne de maroquinerie baptisée Grand Angle. Dessinée par Michel Perry, cette collection complète avec élégance la gamme de souliers. La marque dit s’être « inspiré de la dimension architecturale de ses chaussures, où la précision des angles et des lignes relève d’une exigence implacable« . Effectivement, les lignes sont nettes et les volumes harmonieux.

     

                          cadeau      !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

       


    24 commentaires
  • "C'est pas la forme" - Bourriquet... 

    Toujours  cette toux , ma bronchite est bien installée , anti bio,  bécotine ,ventoiline

    JE  SUIS UNE CHIFFE MOLLE cela m'énerve de me voir ainsi

    Mais, ne vous inquiétez pas, je me soigne!

     

    Cependant, je ne sais pas si j'aurai le courage de passer

    vous visiter aujourd'hui...

     

     

    pas la grande forme !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

     

     

    Pardonnez-moi!


    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique