• Tout compte fait le ciel fut gris jusqu'à 10 h , puis il s'est levé doucement et je pensais sortir le parapluie  ,même pas !!! 

    Aujourd’hui je pense que nous aurons tous une jatte de pâte à crêpes ; pour moi elle sera Suzette  et pour vous quel parfum??? 

    Né à Ft. Lupton dans le Colorado, John Yoshio Naka, plus connu sous le nom de John Naka, est considéré comme une référence pour de nombreux bonsaï-ka à travers le monde. ( Un bonsaï-ka ou bonsaïka (盆栽家, bonsaika?) est de façon générale un adepte du bonsaï. Le suffixe ka (家?) se retrouve dans la construction de nombreux autres mots (karateka, judoka, etc.) et équivaut généralement au suffixe « -iste » en français )

    ETES - VOUS   bonsaï-ka,????

     

    À l'âge de 8 ans, John Naka retourne au Japon en compagnie de ses parents, arrivés aux États-Unis d'Amérique une dizaine d'années auparavant, pour s'occuper de son grand-père. Il lui fait alors découvrir l'art du bonsaï et devient son professeur personnel. De là naît sa passion pour cette discipline.

     

    ETES - VOUS   bonsaï-ka,????

     

    A lundi les amis (es)  

     


    31 commentaires
  •  

     

    Février mois intensément fêté 

    Avec  la chandeleur toujours si espérée

    Et ses crêpes doucement parfumées 

    Confitures et arômes vanillés 

    Février le mois tant attendu des carnavals 

    Avec ses élégants costumes de bal

    Dans un long cortège d'allure ancestrale 

    Sous le pont traversant le grand canal 

     

    Février et la merveilleuse St VALENTIN 

    Ou les tendres et doux amants de demain 

    Très amoureux se prennent par la main 

    En échangeant des promesses  au matin 

     

    Février et la joyeuse fête de Mardi-Gras 

    Ou des masques d'oiseaux  ou de chats 

    Rivalisent d'originalité et se mêlent déjà 

    A la grande mascarade organisée la -bas 

    Février et le surprenant Nouvel An Chinois 

    Avec ses guirlandes de lanternes de soie 

    Qui éclairent les bordures et les toits 

    Et illuminent les rues comme autrefois  


    32 commentaires
  • Bruno Torfs est né et a grandi en Amérique du Sud, avant d’émigrer en Europe à l’âge de 15 ans. Là, il vit en vendant ses toiles et ses sculptures d’argile cuite au four, se marie et voyage beaucoup. Puis, nouveau changement de vie : direction l’Australie, dans une petite ville nommée Marysville, située à un peu moins de 100 kilomètres de Melbourne.

                                                        

    Marysville est une petite bourgade dotée d’un climat plutôt enviable, littéralement cernée par une forêt luxuriante, et c’est ici que Bruno Torfs décide d’installer son jardin. Il s’agit d’utiliser cet écrin naturel pour y présenter plusieurs centaines de sculptures.

                                                                    

     

    Le succès est immédiat : les jardins de Bruno Torfs accueillent rapidement des milliers de visiteurs. Mais en 2009, c’est le drame : Marysville et sa forêt sont détruites par un incendie meurtrier, qui ravage également la maison familiale et la galerie. 

                                                                   

         

     

    La famille Torfs décide néanmoins de rester sur place et de travailler à re-créer leur habitat, et les jardins qui l’accompagnent. Bien entendu, la nature n’a pas encore repris l’exubérance d’avant cet événement, mais l’impressionnant travail de la famille Torfs, aidée par de nombreux amis et bénévoles, a permis aux visiteurs de bénéficier de l’atmosphère particulière du lieu, peuplé de sculptures à l’univers onirique et féerique

                                                                 

    .


    35 commentaires
  • Clin d'oeil à Michel Legrand 

    Si je vous dis "Les Parapluies de Cherbourg", vous penserez sûrement au film musical de Jacques Demy... Et pourtant, il existe bien à Cherbourg une prestigieuse manufacture de parapluies ! Ces modèles haut de gamme et made in France sont vendus sous la marque le "Véritable Cherbourg" et s'exportent un peu partout dans le monde.

    Le Véritable Cherbourg est une marque de parapluies "made in Cotentin". 

    Depuis sa création en 1986, la manufacture a étendu sa gamme de modèles, pour hommes et pour femmes, pliables ou non, mais toujours avec le même souci de la qualité.
     
    Conçus pour être élégants, résistants et durables, ces parapluies de Cherbourg vont vous changer des modèles qui se retournent voire se cassent à la première bourrasque !


    Ils sont en effet conçus sur place et fabriqués à la main avec des matières nobles, notamment des tissus d'exception déclinés en 20 coloris et des manches en bois portant les armoiries de la marque.


    Bien sûr, une telle qualité a un prix (à partir de 130€ le parapluie), mais elle a assuré la renommée de cette marque française en France comme à l'étranger.

    La ville de Cherbourg est indissociable du parapluie depuis qu'en 1963, Jacques Demy et son équipe y ont tourné le film Les Parapluies de Cherbourg. Jean-Pierre Yvon, alors adolescent, est fasciné par le tournage du film.Vingt ans plus tard, alors qu'il exerçait le métier de photographe de publicité, il décide de revenir aux sources (il est en effet issu d'une famille de manufacturiers du cuir de Père en Fils depuis 1800) et de créer une manufacture de parapluies à Cherbourg.

    Il fonde son entreprise en 1981 et dépose la marque "Le Véritable Cherbourg" en 1986. Très vite, le succès est au rendez-vous grâce à la résistance aux intempéries de ce parapluie, à la beauté de son galbe et des matières utilisées !

     


     
    Aujourd'hui, ces parapluies de Cherbourg s'exportent dans le monde entier ! La marque créé des modèles pour de grands événements comme le 50e du Festival de Cannes ou le 50e anniversaire du Débarquement ainsi que des modèles fabriqués sur mesure pour des marques de luxe (Moët et Chandon, Cartier, Louis Roederer, Baccarat, Van Cleef et Arpels, Krug…).

    Si vous êtes curieux de découvrir les secrets de fabrication du "Véritable Cherbourg", sachez que la manufacture et le musée du parapluie ouvrent leurs portes au public.

    alors un jour ou il pleut  pourquoi ne pas aller visiter !!!!!

    Adresse
    22 quai Alexandre III
    50100 CHERBOURG-OCTEVILLE 


    39 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique