• Le coin des curieux

    Avant de conquérir l’Europe, le melon était cultivé en Egypte cinq siècles avant notre ère. A l’origine, il était consommé comme un légume. Il s’est transformé au fil des siècles pour devenir l’un des fruits les plus prisés en été !

    Le melon serait originaire d'Afrique . Les Egyptiens le cultivent déjà 500 ans avant notre ère  Il gagne la Grèce puis Rome vers le 1er siècle, où il est alors consommé comme légume. Il faut dire qu’à l’époque il est petit, peu sucré  ; et on le dégustait poivré et vinaigré. Sa saveur et son parfum se sont affinés petit à petit.

    Les moines le cultivent pour les papes dans leur résidence d’été de Cantaluppo, à l’époque de la Renaissance. C’est de là que vient l’appellation « Cantaloup ».

    A la fin du XVIe siècle, sa culture est largement répandue dans le midi de la France. Il se décline en plusieurs variétés aux noms évocateurs : morin, barbarin, citrolin, muscadin, etc.

     

    Un siècle plus tard, l’Anjou et la Touraine en produisent pour la Cour. La Charente leur emboîte alors le pas pour devenir l’une des plus importantes régions productrices et donner son nom à la variété la plus consommée aujourd’hui 

     

                                                  

    Le melon « charentais de Cavaillon » 

    Le type de melon le plus cultivé en France depuis la seconde moitié du XXème siècle est le melon de Cavaillon ou Charentais : fruit rond, d’un kilogramme environ, précoce, à chair orange, sillonné, sucré et parfumé. Il ne s’agit pas du melon cultivé traditionnellement en Provence dont on peut voir des illustrations par exemple sur des cartes postales du marché de Cavaillon à la fin du XIXème siècle. Il n’est pas décrit sous ce nom dans « le Vilmorin », ouvrage de référence ; cependant la description de la variété « melon de 28 jours » s’en rapproche. Il semblerait en fait qu’un jeune agriculteur de la région de Cavaillon soit allé faire son service militaire dans les Charentes vers les années 1920, qu’il ait remarqué une variété locale et qu’il ait rapporté des graines dans sa ville d’origine. Ce melon s’est bien adapté et a été adopté d’abord par les producteurs de la région de Cavaillon puis de la France entière, d’où le « melon charentais de Cavaillon ».

     

     

     En quelques chiffres

     

     

    .Production (à destination du frais, hors transformation)

     

    • Production : 266 140 tonnes [1]

     

    Essentiellement en :

     

    - Poitou-Charentes: 23%

     

    - Midi-Pyrénées: 19%

     

    - Languedoc-Roussillon: 19%

                                                 

    La petite anecdote : Alexandre Dumas proposa au conseil municipal de Cavaillon de faire don de ses livres parus et à paraître en échange d’une rente viagère de douze melons par an livrés chaque mois à son domicile parisien.

     

                                                                                                

    Oh le bon melon !!!!


    46 commentaires
  • En écoutant les infos je fus choquée 

    60.000 animaux sont abandonnés chaque année. Il y a vingt ans, on en comptait 400 000.

    Comment peut-on faire ce geste??? 

    Quand je vois vos blogs ou chacun ,chacune, parle de son ou ses animaux avec Amour ,  je suis écoeurée par ses gens sans foi ,ni loi !!!!

    Comment oublier le bon temps passé ensemble ? les caresses ,les promenades , bref impensable pour moi !!!!


    35 commentaires
  • À l’instar du dessinateur et styliste Edgar Davis,    Que je vous avez fait voir  il y a quelques semaine  avec ses robes en frites et en chocolat,

    l’artiste Meredith Wing, 

    qui se fait aussi appeler MooMooi, réalise ses illustrations avec des pétales de fleurs et des légumes. Sa nouvelle collection  de vraies petites merveilles à découvrir d’urgence.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    31 commentaires
  • Pour toutes mes copinautes qui  possèdent  ces fleurs 

     

     

     

    L’orchidée bourdon rieur (Ophrys bomybliflora)

     

     

    Des danseuses (Impatiens bequaertii)

     

     

     

    L’orchidée tête de singe (Dracula simia) 

     

     

     

    L’orchidée papillon de nuit (Phalaenopsis)

     

     

    L’orchidée homme nu (Orchis italica)

     

     

    La fleur perroquet (Impatiens psittacina)

     

     

    . Des bébés dans les langes (Anguloa uniflora)

     

     

                                                                 elle -ci est pour vous                                

                                                                                      


    25 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires