• Joyeux 1er mai

    Les usages d'autrefois

    Autrefois, de jolies traditions étaient en usage pour le 1er mai.

    On organisait des "bals du muguet" où les jeunes filles étaient vêtues de blanc et où les jeunes gens fleurissaient leur boutonnière d'un brin de muguet. C'était le seul bal de l'année où les parents étaient bannis et où les jeunes se retrouvaient entre eux. Un vin liquoreux composé de vin de Moselle dans lequel des fleurs d'aspérule odorante (appelé aussi "faux muguet") avaient macéré faisait les délices de cette époque de l'année : le "Maitrank" ou "boisson de mai". On assurait qu'il suffisait d'y tremper les lèvres au 1er mai pour être heureux tout au long de l'année.

    On offrait du muguet à tous ceux que l'on aimait, famille et amis. Cependant, l'usage voulait plus particulièrement que le jeune homme offre du muguet à sa fiancée, et que tout l'entourage d'une jeune maman se manifeste au premier mai en fleurissant sa maison afin d'offrir au bébé un présage de bonheur.

         Demain c'est le 1er mai - Cliquez sur la carte pour l’agrandir et en voir tous les détails     

    Quant à la tradition d'envoyer des cartes papier 1er mai, elle est aussi ancienne que celle d'envoyer des cartes de Noël ou des cartes de Saint-Valentin et connut un essor considérable au début du XXème siècle. Les cartes postales anciennes attestent de l'engouement pour les symboles de chance dont le muguet faisait partie, avec la corne d'abondance ou le trèfle à 4 feuilles.

    L'histoire du 1° mai

    Parmi ceux qui défilent le 1er mai, combien savent qu’ils commémorent la grève sanglante du 3 mai 1886 aux usines McCormick de Chicago (USA), pour l’instauration de la journée de huit heures, et le meeting de protestation qui s’ensuivit le lendemain à Haymarket au cours duquel une bombe tua huit policiers.

    Gravure : 1er mai 1890 à Paris

    Gravure : 1er mai 1890 à Paris

     

    Huit anarchistes furent arrêtés, quatre furent pendus,le 11 novembre 1887, avant d’être innocentés puis réhabilités publiquement en 1893.

    Les martyrs de Chicago vont faire du 1er Mai un symbole de la lutte des classes et de l’identité du monde ouvrier à partir du congrès socialiste international de Paris de 1889 : il s’agissait de fonder en actes le projet d’une société émancipée, libérée du travail contraint. Alternant les hauts et les bas au fil des années, ce symbole sera tout de même à l’origine des lois sur le repos hebdomadaire en 1906 et des huit heures en 1919, avant de se banaliser après être devenu en 1947 un jour chômé et rémunéré.

    De nombreux ouvrages parlent de l'histoire du premier mai et nous citerons parmi eux l'excellente "Histoire du Premier mai" de Maurice Dommanget.

    mai81

    J'offre ce muguet à chacun et chacune qui passez ici   ,


    34 commentaires
  • Les Saints de glace :

     Qui sont-ils ?

     Mamert, Pancrace et Servais.

    Quand les trouve-t-on sur le calendrier ?

    Des noms disparus de nos calendriers : les 11, 12 et 13 Mai.

    Beaucoup de théories vraies et fausses existent concernant les Saints dits "de glace". L'occasion de missions et de processions pour invoquer une divinité en particulier pour protéger les cultures.
    ( Maestricht était déjà célèbre avec son évèque Servais en 380 ap J.C.... )

    Trois Evèques qui font parler d'eux, dictons :

    • Saint-Mamert : Le premier Saint de glace, souvent tu en gardes la trace.
    • Saint-Pancrace : Apporte souvent la glace.
    • Saint-Servais : Après Saint-Servais, plus de gelée.

    Ce qu'il faut retenir c'est qu'il s'agit d'une "période charnière" du mois de Mai après laquelle les gelées ne  sont plus à craindre. Il est vrai qu'en Anjou, cette période est souvent juste mais, dans certaines régions plus froides de France, d'autres Saints font partie de la liste : Urbain, Georges etc ...
    Il est bien évident qu'entre les changements de calendriers que nous avons connus et le réchauffement de la planète, les dates ne sont pas à retenir avec précision.

     Il est vrai qu'en cette année 2014, j'ai vu passer des grues en grand nombre le 20 février, ce qui laisse à penser que les "grands froids" sont passés. Mais n'oubliez pas qu'une seule gélée nocturne, le plus souvent matinale, suffit pour anéantir une récolte prometteuse !

    CALENDRIER

    Pour vous donner un exemple de la crainte réelle existante, je vais vous relater dans quelles conditions les grainetiers (des années 30) distribuaient les semences de haricots aux cultivateurs chargés d'en faire la culture pour la récolte de la graine pour l'année suivante:
    Ces grainetiers ne voulaient pas donner les semences pour ces contrats avant le 12 ou 13 Mai et quelquefois avec difficultés face à l'insistance des cultivateurs prêts à ensemencer.
    Leur refus était motivé par le fait qu'ils disposaient d'une quantité bien définie de semence prévue pour générer la quantité désirée de graine nécessaire pour l' année suivante.
    La société de consommation n'était pas encore de rigueur , on ne vendait pas par simple profit .... et le vendeur "protégeait " le consommateur ( même si ce vendeur y voyait son propre intérêt également ) !

    En résumé, ne semez pas trop tôt, attention à vos fleurs, couvrez-les la nuit quand le temps est "clair" le soir, que le coucher de soleil est rouge avant la mi-mai !
    Petite précision : si vous avez été en retard pour faire quelques tailles et que vous les faites pendant la lune rousse, évitez de donner le "coup de sécateur" au dessus d'un oeil : ce qui pourrait faire couler la sève sur le bourgeon qui gèlerait pendant la nuit. De plus, dans la matinée, ne donnez pas de "coup de sécateur" sur la tige gelée ce qui aurait pour effet d'écraser le liber et l'aubier et provequerait le déssèchement de la tige.

    23 commentaires
  • L'histoire du Saint Genix

    gateau Saint Genix

    D'après la légende

    L’origine de cette pâtisserie serait liée à Ste Agathe, martyre sicilienne du IIIème siècle.
    Comme cette jeune chrétienne repoussait ses avances, le proconsul romain voulut lui faire abjurer sa foi sous la torture, mais en vain. Agathe eut les seins coupés mais ils repoussèrent miraculeusement le lendemain. Et, quand elle monta sur le bûcher, la terre trembla, tuant ses bourreaux.

    La Savoie s’appropria la légende après le rattachement de la Sicile au duché, en 1713, et les femmes prirent l’habitude de confectionner un gâteau en forme de sein, le 05 février, jour anniversaire de la sainte.

                                               Image illustrative de l'article Pain de la Sainte-Agathe
    Pain de la Sainte-Agathe

                                                                      Ceci reste avant tout une légende...

                            La véritable histoire

    « A l’origine, était une aubergiste, Françoise Guillaud, originaire des Abrets en Isère. En épousant Pierre Labully, elle amène la recette à St Genix sur Guiers. Dès cette époque, le succès du gâteau est fulgurant. Il ne contient alors que quelques pralines au sommet.
    C’est en 1880 que Pierre Labully a l’idée de mettre également des pralines à l’intérieur. Il dépose sa recette sous son nom personnel « Gâteau Labully » et non sous l’appellation « Saint Genix », si bien que de nombreuses brioches assez peu fidèles à l’originale portent aujourd’hui le nom de Saint Genix. »

    Pogne-de-Romans.jpgFaçonnage_main_brioche.jpg

    fabricant_saint-genix_grenoble-isere-drome.jpgpralines-brioche.jpg

    Il dépose sa recette sous son nom personnel (Gâteau Labully) et non sous l’appellation « St-Genix », si bien que de nombreuses brioches assez peu fidèles à l’originale portent aujourd’hui le nom de Saint-Genix.

    Fabriquée depuis le milieu du XIXème siècle, la brioche de St Genix était appréciée de Fernand Point, célèbre chef de La Pyramide et maître de Chapel, Troisgros et Bocuse.

    Fernand Point s’arrêtait chez Labully à chacun de ses passages en Savoie, notamment lorsqu’il s’en allait rendre visite à son ami Bise, du côté de Talloires...

    Gâteaux Labully

    Et aujourd'hui...

    Encore aujourd’hui, le pâtissier est sur le pont à 3 heures du matin pour que le gâteau soit prêt à 8 heures, emballé dans son papier sulfurisé rouge et blanc. Il faut 24 heures pour fabriquer un « Gâteau Labully », devenue une marque déposée.
    Les boules de pâte, au léger parfum de fleur d’oranger qui reposent dans de jolis moules de tilleul (appelés« coppets ») sont ensuite fourrées de pralines maison.

     brioche_de_St_Genix_03 brioche_de_St_Genix_04  brioche_de_St_Genix_05

    La confrérie du saint Genix

    Née pendant le printemps 2007, cette toute jeune Confrérie porte haut et fort les couleurs du St Genix !
    Constituée entre autres membres des pâtissiers de St Genix sur Guiers, elle oeuvre pour la promotion du gâteau.
    Les premiers membres seront intronisés lors de la cérémonie qui se déroulera le 8 juillet 2007 pendant la Fête du St Genix.

     

    briochesaintgenix015.jpg       pralines Douceurs pour oublier le temps gris !!!!

                                                              

    - 6 oeufs
    - 450 g de beurre
    - 500 g de farine
    - 15 g de levure de boulanger
    - 30 g de sucre en poudre
    - 200 g de pralines roses
    - sel fin

    Préparation de la recette :


    Délayer la levure dans 1 demi verre d'eau tiède avec 10 g de sel.

    Ajouter le sucre.

    Verser cette préparation dans la farine dans un saladier. Mélanger en ajoutant les oeufs un à un. Pétrir la pâte 10 minutes.

    Incorporer 400 g de beurre coupé en petits morceaux. Continuer de pétrir la pâte.

    La rouler en boule. La recouvrir d'un linge, laisser reposer une heure.

    Former 4 boules et mettre dans un endroit frais (pas au réfrigérateur) pendant 12 heures.

    Préchauffer le four th 6.

    Beurrer un moule à soufflé. Incorporer 15 g de pralines concassées à la pâte.

    Disposer dans le moule et incruster le reste de pralines sur le dessus.

    Laisser reposer 30 min et enfourner.

    Cuire 45 min.

     
     
     

     


                     

     

     
     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     
     

     

     

    Un peu d’histoire

    Issoudun, paisible agglomération du cœur de la Champagne berrichonne, est l’un des lieux de mémoire culinaire où fleurit le nom d’Honoré de Balzac. En effet, lors de ses visites, chez son amie Zulma Carraud (entre 1835 et 1838), l’écrivain fréquentait l’auberge de la Mère Cognet, où il adorait accompagner son café de massepain.

    Ce fleuron de la gastronomie locale apparut en 1790, année où les Ursulines ouvrirent une pâtisserie dans l’actuelle rue Danièle-Casanova. La tradition perdurera jusqu’en 1960, avec une recette gardée secrète par le dernier patron de la pâtisserie, un certain Dujardin. Puis, le gâteau disparaît durant trente ans, avant que Jacques Guyard ne le réhabilite. Désormais, le massepain   est fabriqué au restaurant de La Cognette et à la pâtisserie Lavenu.

    Photo: Alaman

    Ébauchoirs pour le massepain

    Ébauchoirs pour le massepain

     

     

    Côté technique, ce n’est pas très compliqué mais ça demande un peu de patience.

     

     

     

     

    Temps de préparation : 60   minutes
    Temps de cuisson : 3  minutes

    Ingrédients (pour 4 personnes) :- 250 g de sucre semoule
    - 250 g de sucre glace
    - 200 g de poudre d'amandes
    - 1 blanc d'oeuf

    Préparation de la recette :


    Versez 10 cl d'eau dans une casserole, ajoutez le sucre en poudre et posez la casserole sur feu doux. Laissez cuire le sirop au boulé 115°C, 118°C et plongez la casserole dans de l'eau froide pour arrêter la cuisson du sirop et le rafraîchir.

    Versez la poudre d'amandes dans le sirop et remuez avec une cuillère en bois jusqu'à ce que le mélange soit homogène. Battez le blanc à la fourchette et ajoutez-le dans la casserole. Mélangez. Posez la casserole sur feu doux et remuez pendant environ 3 mn, jusqu'à ce que la pâte devienne très épaisse.

     

     

     

    Poudrez le plan de travail de sucre glace posez la pâte sur le plan de travail et malaxez-la pendant 5 mn, en y incorporant le sucre glace, jusqu'à ce qu'elle soit élastique et lisse.

    Roulez le massepain en boule et enfermez cette boule dans un sachet pour congélation. Laissez-la au réfrigérateur jusqu'au moment de l'utilisation. Vous pouvez conserver le massepain pendant deux mois au réfrigérateur. Le massepain est en fait de la pâte d'amandes cuite. Il est beaucoup plus compact et malléable que la pâte d'amandes crue, et il permet la réalisation de nombreuses décorations.


    27 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires